1. Dundrod est un circuit gigantesque. Il a la moyenne de vitesse de pointe la plus rapide de n’importe quelle course de moto dans le monde. C’est rapide, fluide et vous devez être totalement engagé dans les virages ou alors la victoire vous échappera. Il n’y a aucune section où vous passez de la plus haute vitesse à la première pour une chicane ou quelque chose dans le genre. Ce n’est que pure vitesse.

2. J’y vais le mercredi et je rentre le samedi soir, donc je ne suis pas absent pendant deux semaines comme c’est le cas pour le TT.

3. J’y ai gagné de nombreuses courses : quatre la même journée en 2006, durant laquelle j’ai réalisé le premier tour officiel à 130mph (209km/h). J’y ai également gagné trois courses en 2013.

4. Je ne veux pas paraitre prétentieux, mais quand je suis au meilleur de ma forme, je crois que je suis en mesure de battre n’importe qui là­bas. Habituellement, quand tous les voyants sont allumés, je peux me placer devant et personne ne peut m’accompagner, mais en 2014, Anstey m’a concurrencé. Les deux courses Superbike étaient une vraie bataille. Nous étions à fond. Il en a remporté une et moi l’autre.

5. J’aime la foule. Ça ressemble à des spectateurs de course nationale Irlandaise. Ce sont de vrais supporters, parce que qui d’autre voudrait aller à Dundrod ? il pleut toujours et du coup, ce sont des vrais fans qui viennent parce qu’ils savent que la course, ici, y est toujours excellente.