Même quand je marchais dans l’immense usine Metzeler, je n’avais toujours aucune idée sur la fabrication des pneus que j’utilise. Mais j’avais à mes côtés la personne idéale pour faire cette visite, je pouvais demander n’importe quoi à Oliver, il avait la réponse.

Je connaissais toutes les parties d’un pneu : les tringles, la carcasse, la bande de roulement, la ceinture d’acier mais je ne savais pas comment ces ingrédients étaient assemblés.

On m’a montré le processus entier de fabrication d’un Racetec RR, à commencer par les tringles en acier que l’on recouvrait de gomme.

Puis j’ai actionné la machine qui les liait à la carcasse. C’était la tâche attribuée à quatre robots qui enroulaient continuellement la ceinture d’acier autour de la carcasse, ensuite différents composants s’ajoutaient dans un processus qui ressemblait à du dentifrice pressé hors du tube. Tout cela est truffé de technologie et j’aurais pu regarder ces robots toute la journée. Cette méthode de fabrication des pneus est bien plus cohérente et à la pointe.

Ensuite, j’ai vu le processus de consolidation où la bande de roulement est pressée à l’intérieur du pneu pendant que celui­ci est chauffé à une température et une durée spécifique en fonction du type de pneu et de sa fonction future. Les pneus fabriqués étaient des Racetec RR édition Guy Martin. Après la consolidation, j’ai pris deux trains de pneus pour aller y faire graver au laser mon logo avec le crâne et les clés, sur le flanc du pneu.