La première nuit d’entrainement m’a rappelé pourquoi je vais à l’Ile de Man, mais si je devais résumer le 2015 TT c’était quelque chose et rien à la fois. J’apprenais, l’équipe apprenait et j’étais confiant mais ça n’a pas marché pour nous.

Il n’y a pas de grosses émotions. Cela ne me dérange pas d’avoir préparé une course importante qui se termine sur une fin décevante comme celle-là.

Ça arrive. J’aurais été plus heureux si cela ne s’était pas produit mais c’est comme ça. C’est une autre expérience de la vie et rien de plus. J’ai apprécié le TT parce que j’ai pu monter sur ma moto. Au travail, je dois la regarder comme si elle représentait les vacances.

Dans la catégorie Senior, j’ai prouvé que je pouvais faire de bons chronos. J’ai effectué un tour à 132mph (212Km/h) et il n’avait pas l’air rapide. Quand vous êtes doux avec votre conduite, vous pouvez aller vite sans avoir l’impression de l’être parce la moto est très bien réglée. Cela fait du bien de sortir d’un virage en cinquième vitesse et repartir juste au bord du trottoir sans guidonner, chavirer ou sans laisser de traces noires.
Les pneus Metzeler on fait sensation. Dans le passé, nous aurions pu avoir du retard à rattraper, mais maintenant, tout le monde essaie de rattraper Metzeler.
Je ne suis pas décidé à 100 pour cent, mais cela pourrait être la dernière fois que je cours ici.

L’électrique de la moto est tombé en panne trois miles (4,8km) après le départ de la première course Superbike et nous n’avons pas réussi à trouver quel était le problème. L’équipe a dû changer toute la partie électrique.

J’ai pris le câblage à part, juste pour ma tranquillité d’esprit et y ai trouvé deux câbles légèrement abimés, qui pourraient ou non, être le problème. Il n’y avait rien d’évident mais après avoir tout changé, la moto tournait parfaitement. Cet incident m’a tout de même fait perdre six tours d’expérience.